Octobre 2017

Chers membres de la Confraternité,

Et si l'ingratitude était une des grandes causes de nos malheurs? St Bernard nous dit que l'ingratitude est un vent brûlant qui dessèche le courant des grâces de Dieu. Regardons nos pays anciennement chrétiens qui ont oublié Celui qui en est le Roi; le sort terrible qui semble les attendre n'est-il pas dû à cet oubli? Pourquoi Dieu donnerait-il ses grâces à ceux qui le rejettent? Y aurait-il justice à faire ceci? Regardons maintenant nos vies personnelles. Nous sommes chrétiens, donc nous avons cette lumière de la foi qui nous fait, pour reprendre l'expression de Saint François de Sales, voir Dieu en toute chose et toute chose en Dieu. Et pourtant ne serait-il pas vrai de dire que notre gratitude envers Dieu et ses dons est bien faible. Nous connaissons tous l'épisode de la guérison des dix lépreux de l'évangile. Sur ces dix lépreux guéris, un seul revînt sur ses pas et remercia son bienfaiteur. Et les neuf ingrats étaient des juifs, c'est à dire les privilégiés de Dieu; ceux avec lesquels il avait fait son alliance et qui possédaient sa loi. Et ce sont ces mêmes neuf juifs ici qui ne revinrent pas sur leurs pas après cette nouvelle preuve de bonté de leur Seigneur. N'est-ce pas là une pertinente leçon qui nous est adressée?

Nous avons donc, écrivions-nous, cette grâce extraordinaire de la lumière de la foi ; cette lumière qui donne un sens à notre vie et sans laquelle cette même vie n'a aucun sens. Nous avons également cette grâce extraordinaire de recevoir ou de pouvoir recevoir les sacrements. En particulier celui de la pénitence pour laver nos âmes, et la sainte Eucharistie pour la nourrir et la fortifier. Mais avouons que nous sommes habitués à ces grâces. C'est-à-dire que nous recevons tellement souvent ces sacrements, ou assistons tellement régulièrement à la sainte Messe que nous en oublions le caractère pourtant si extraordinaire et si gratuit; et ainsi nous ne pensons plus à vraiment remercier Dieu comme il faudrait le faire, faute même bien souvent d'y seulement penser. Si tu savais le don de Dieu disait Jésus à la Samaritaine sur le puis de Jacob. Ouvrons les yeux de notre coeur et reconnaissons toutes les grâces et bénédictions que Dieu nous envoie (même les croix en sont dans la vie chrétienne, car elles sont un moyen de purification et de sanctification).

Notre pèlerinage de rentrée nous a conduits sur les pas de sainte-Marguerite-Marie à Paray le Monial. Dans la chapelle où nous avons pu assister à la Messe, le Seigneur déclara à la sainte: Voici mon Coeur qui a tant aimé les hommes et qui ne reçoit de la plupart qu'ingratitude. Rendons grâces chaque jour. Rendons grâces par de petites invocations, et surtout par l'assistance pieuse à la sainte Messe qui est un sacrifice d'action de grâces.

Au lépreux qui revînt sur ses pas pour remercier son bienfaiteur, le Seigneur déclara : ta foi t'a sauvé.

Sachons-nous aussi dire merci, et nous entendrons alors au ciel les mêmes paroles.

La Messe à vos intentions au mois d'octobre sera célébrée le 16.

 

Nouvelles de la Fraternité

Le 16 septembre dernier, plus de deux cents pèlerins assistaient à la Messe solennelle dans la chapelle de la Visitation de Paray-le-Monial à l'issue de notre beau pèlerinage de rentrée. Le célébrant avait revêtu pour l'occasion les ornements dits "de la canonisation de sainte Marguerite-Marie".

Depuis le début du mois de septembre, la Fraternité célèbre la messe tous les dimanches et fêtes à 9h à l’église Sainte-Mathie de Sens. Dans le même diocèse, elle sera à partir du 8 octobre également célébrée tous les dimanches à Auxerre (chapelle Notre-Dame de Lorette) à 11h15.

Le 18 octobre prochain, les membres de la Confraternité peuvent obtenir une indulgence plénière aux conditions habituelles en renouvelant mentalement leur engagement dans la Confraternité.

Le samedi 21 octobre, les séminaristes de deuxième année seront tonsurés et prendront la soutane. Nous vous invitions à prier pour leur persévérance. La moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux!

Le 18 novembre prochain seront ordonnés prêtres les abbés Nicolas Telisson et Hilaire Vernier. L'ordination aura lieu dans la paroisse d'Heimenkirch près du séminaire. Elle sera conférée par Monseigneur Haas.

Le WE du 14-15 octobre sera prêchée à Fontgombault une retraite pour jeunes foyers par l'abbé Bruno Stemler. Les autres retraites (selon la méthode Saint Ignace, de fondation ou pour les couples) se trouvent sur le site de l'Oeuvre des retraites de la FSSP.

Du 2 au 4 novembre aura lieu à Lyon une retraite de fondation pour les jeunes hommes de 16 à 23 ans. Nous vous invitons à la faire connaitre autour de vous. Renseignements.

La lettre aux amis et bienfaiteurs du district de France annonce enfin un nouveau grand projet pour 2019: l'aumônerie de la résidence Saint Benoît, résidence pour séniors à Semur en Auxois. Confions ce grand et important projet à nos prières. Détails dans la lettre du District.

 

La Fraternité sacerdotale Saint Pierre à Lyon, par l'abbé Côme Rabany

 

Depuis le mois juillet 1988, la Fraternité Saint Pierre exerce son apostolat à Lyon, ville remarquable par son histoire chrétienne, enracinée dans le sang des martyrs.

Après avoir desservi pendant plusieurs années l’église St Georges, puis d’autres lieux de cultes, dont l’église du Cœur Immaculé de Marie à Villeurbanne , les prêtres de la Fraternité exercent leur ministère depuis trois ans, dans la collégiale saint-Just, bien connue des lyonnais. En effet, la collégiale saint-Just ou saint-Just des Macchabées, située 41 rue des Farges (5e), est la reconstruction d'une des plus anciennes églises de Lyon, dédiée comme elle à Saint Just, le 13e évêque de la ville au IVème siècle bâtie sur l'ancienne nécropole romaine. Sa construction date du XVIème siècle.

Dès la rentrée 2014, les prêtres de Lyon ont pu y célébrer les messes dominicales ainsi que les fêtes pour la plus grande joie de toute la communauté. La semaine, les deux messes quotidiennes étaient célébrées à la maison Padre Pio, (Francheville) lieu de résidence des prêtres de la Fraternité.

Après de longs mois d’attente et de patience, le 1er septembre 2017, le diocèse de Lyon vient de nommer l’abbé Meissonnier, chapelain de la communauté et a permis l’utilisation de la collégiale pour tous les jours de la semaine. Cette église, fermée depuis plus de 40 ans, peut de nouveau ouvrir ces portes aux nombreux passants du quartier qui, pour les plus anciens d’entre eux, rentrent avec émotion, en ce lieu où ils ont reçus les sacrements dans leur enfance.

Depuis la rentrée 2017, la messe y est célébrée tous les jours à 18h45, (11h le samedi) précédée d’une heure de confession. Le dimanche, la messe de 8h30 (et toutes les solennités lyonnaises) est célébrée dans l'antique rit Lyonnais. Une chorale assure à la grand-messe (10h) le chant du propre grégorien, des motets polyphoniques et les cantiques traditionnels. Le dimanche s’achève avec le salut du Saint Sacrement à 18h30, suivie de la messe basse, à 19h30.

En plus de l’apostolat d’église, deux prêtres de la Fraternité s’occupent de la direction et de l’aumônerie de l’école primaire Sainte Jeanne d’Arc, à Francheville. Créée en 2007, elle accueille aujourd’hui une centaine d’enfants dans un cadre propice à l’éducation et l’épanouissement intellectuel et spirituel. Les abbés se partagent les cours de catéchisme, d’histoire et de sport ainsi que quelques récréations. Les enfants assistent à la messe une fois par semaine, ainsi qu’à l’adoration du Saint Sacrement, une fois par mois.

L’apostolat est aussi rythmé par les heures de catéchisme pour les enfants de la paroisse ainsi que pour les adolescents et adultes. Le Cercle Saint Alexandre quant à lui, regroupe la jeunesse lyonnaise pour des temps de formations donnés par différents intervenants extérieurs.

Les nombreux ménages de la communauté sont répartis dans sept groupes Domus Christiani afin de continuer leur formation chrétienne, accentuée sur la famille.

Pour les personnes seules, malades ou âgées, l’œuvre Etiennette Chavent regroupe des laïcs autour de l’aumônier afin d’aller leur rendre visite afin d’apporter un soutien charitable et spirituel pour (ultimement) préparer la visite du prêtre et aider les âmes à bien mourir.

Le scoutisme (Scouts et Guides Saint Louis, association créé en 1972 et rejoint par les scouts St Martin en 2015) fait aussi parti du champ apostolique afin d’apporter aux unités scouts l’encadrement spirituel lors des we organisés ainsi que pour les camps d’été.

C’est ainsi que la ville de Lyon continue d’être irriguée par l’apostolat des prêtres, soucieux du salut des âmes. Ils confient aux prières de tous les membres de la confraternité ce champ apostolique, afin que la grâce soit semée toujours plus en abondance dans les âmes et que de nombreux fruits soient récoltés au Ciel.